Quelles conséquences des inondations de juin 2016 en Île-de-France ?

Jacques Kossowski interroge M. Marc Mortureux, directeur général de la prévention des risques.

Jacques Kossowski. Chaque nouveau projet urbain ou architectural devrait intégrer le risque inondation dans ses plans.

À Romorantin, le quartier Matra, construit en 2011 en zone inondable, a prévu dans sa conception un bassin de rétention ainsi que divers dispositifs destinés à réduire le flot supplémentaire afin de le canaliser en aval vers la Sauldre. Le tracé du quartier a été conçu comme celui d’un affluent de la rivière ; les sous-sols ont été aménagés de façon à favoriser une décrue rapide.

Le trop-plein d’eau a ainsi été évacué en vingt-quatre heures sans occasionner de dégâts majeurs aux trottoirs ni aux réseaux d’adduction d’eau et d’électricité, qui ont continué à fonctionner. Pratiquement aucune surface habitable n’a été inondée, alors que les quartiers voisins ont été noyés sous un mètre cinquante d’eau pendant une semaine.

Cet exemple n’est certes pas universellement transposable, mais il montre que l’inclusion dans le cahier des charges de la planification de l’aléa d’une crue peut permettre une meilleure gestion de la crise lorsque celle-ci survient. Ce paramètre doit trouver sa place dans l’ensemble des dispositifs de maîtrise du risque d’inondation.

Je souhaiterais connaître l’appréciation que vous portez sur cette question.

Marc Mortureux. Aujourd’hui, le verrou d’assurances qui imposeraient de reconstruire à l’identique n’existe plus – ce qui ne signifie pas pour autant qu’il est simple d’anticiper. Les contrats d’assurance ne comportent plus de clauses interdisant d’utiliser les sommes reçues pour reconstruire différemment afin de tenir compte des risques. Ce sujet est majeur. Nous avons lancé deux éditions de grands prix pour stimuler l’innovation et donner davantage de visibilité à des cas concrets. La référence au quartier de Romorantin est très intéressante et illustre la capacité à concevoir des aménagements qui rendent des territoires potentiellement inondables beaucoup moins vulnérables et plus résilients. Il va de soi qu’il s’agit là d’aménagements en zone inondable constructible.

Second tour de la primaire de la droite et du centre : Réunion publique de François FILLON

Invitation au meeting de François Fillon à Paris

Vendredi 25 novembre à 18h30 (ouverture des portes à 17h30)

François Fillon.jpg