Développement durable

Le Grenelle de l’environnement a permis de placer les préoccupations écologiques au cœur du débat public et le développement durable au cœur de l’action politique.

Nous avons coordonné nos actions autour de trois exigences : croissance économique, progrès social et respect de l’environnement. Concrètement, le Grenelle c’est :

• la création ou la sauvegarde de 600 000 emplois dans tous les secteurs de la croissance verte (énergies renouvelables, transports collectifs, constructions…),

• 44 mesures incitatives pour verdir la fiscalité et ainsi favoriser les économies d’énergie (éco-prêt à taux zéro pour financer les travaux de rénovation thermique, bonus-malus fondé sur les émissions de CO2 mis en place sur les ventes de véhicules neufs, prime à la casse…),

• la loi sur la responsabilité environnementale avec la consécration du principe « pollueur payeur »,

• le développement de la consommation de produits « bio »,

• 450 milliards d’euros d’investissement d’ici 2020, notamment en faveur des technologies vertes.

La rénovation fonctionnement de nos collectivités est en marche !

En 2010, nous avons modernisé l’organisation de notre territoire pour l’adapter aux défis de notre temps, afin :

-de remédier à l’empilement des structures,

-de clarifier les compétences et les cofinancements,

-de renforcer la démocratie locale, avec la création du conseiller territorial,

-de moderniser l’organisation institutionnelle de nos Outre-mer, qui constituent une richesse économique et culturelle.

La ruralité : de meilleurs services pour tous

Les députés UMP ont agi pour améliorer la qualité et l’accès des services en milieu rural. D’abord, en favorisant l’accès de tous aux soins de qualité et de proximité : mise en place de Maisons de santé pluridisciplinaires, mesures pour favoriser l’installation en milieu rural (bourses pour les étudiants en médecine, guichet unique pour les professionnels de santé, développement de la télémédecine…).

Ensuite, en connectant nos territoires : par un accès aux nouvelles technologies, par le maintien et la modernisation des lignes ferroviaires. Enfin, en développant les activités économiques : maintien des exonérations dans les Zones de Revitalisation Rurale, soutien aux dispositifs d’excellence (Pôles d’excellence rurale, grappes d’entreprises, pôles de compétitivité…).

Agriculture

Plusieurs mesures majeures ont été mises en œuvre par la Majorité pour soutenir les secteurs de l’agriculture et de la pêche. Un plan pour une pêche durable a été mis en place ainsi que des mesures d’aides aux équipages. L’agriculture est largement soutenue avec par exemple les aides à l’installation des jeunes agriculteurs, et devient plus durable (développement de l’agriculture bio, réduction de l’usage des pesticides…).

Face à la crise profonde du secteur agricole, un plan massif de soutien à l’agriculture a été mis en œuvre dès octobre 2009 (1,8 milliards d’euros de prêts et 650 millions d’euros d’aides de l’Etat). Avec la loi de modernisation de l’agriculture et de la pêche, la Majorité a souhaité renforcer la compétitivité du secteur agricole français.

Cela passe notamment par la mise en place d’une politique publique de l’alimentation, le renforcement de l’observatoire des prix et des marges, le développement de la contractualisation, le renforcement des interprofessions, l’amélioration des instruments de couvertures des risques et des mesures pour lutter contre la consommation des terres agricoles. La France se place par ailleurs comme leader dans la promotion d’une meilleure régulation des marchés agricoles en Europe et dans le monde. Dans le cadre de la réforme de la politique agricole  commune (PAC), la France défend ainsi une PAC forte et ambitieuse. Par ailleurs, la régulation des marchés des matières premières, notamment agricoles, est une priorité de la Présidence française du G20. 

L’agriculture n’est pas un secteur économique comme un autre : elle est garante de notre sécurité et de notre indépendance alimentaire et fait partie de notre identité nationale. Les députés UMP sont particulièrement attentifs à la situation de nos filières agricoles. Dans le cadre des Assises sur la sécurité et l’indépendance alimentaire, des propositions ambitieuses ont ainsi été émises sur la régulation internationale de l’agriculture, la réforme de la PAC et l’agriculture française

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s