Immigration, intégration et Co-développement

• Nous avons intensifié la lutte contre l’immigration clandestine et la fraude en renforçant les contrôles : depuis 2007, plus de 110 000 personnes ont été raccompagnées dans leur pays d’origine. Sur la même période, plus de 102 000 ressortissants étrangers démunis de visas ont été empêchés d’entrer sur le territoire national par la police aux frontières. En 2010, 183 filières d’immigration illégale ont été démantelées, soit une progression de plus de 80% en deux ans. Entre 2006 et 2009, le nombre d’opérations conjointes de lutte contre le travail illégal intéressant les ressortissants étrangers a augmenté de + 350%, le nombre d’employeurs mis en cause dans ces procédures augmentant de + 175%.

• Nous avons pris des mesures pour offrir une meilleure intégration aux étrangers résidant légalement sur notre sol :

Depuis 2003, près de 500 000 personnes ont signé un contrat d’accueil et d’intégration. En 2009, 15 100 personnes obtenaient le diplôme initial de langue française. Alors que moins de 12 000 étrangers bénéficiaient en 2006 d’une carte de séjour attribuée pour des motifs de travail, ils ont été plus de 21 000 en 2008 et 20 000 en 2009.

• Nous continuons, comme nous nous y sommes toujours engagés à accueillir des réfugiés politiques : environ 10 000 réfugiés politiques sont accueillis chaque année par la France : + 20% de demandes d’asile en 2008 et + 12% en 2009

Au total, les demandes reçues par l’OFPRA sont passées de plus de 35 500 en 2007 à près de 47 700 en 2009.

• Nous avons accentué les politiques de Co-développement, clé d’une gestion apaisée et durable des flux migratoires :

15 accords de gestion concertée des flux migratoires ont, d’ores et déjà, été signés, notamment avec le Bénin, la République du Congo, le Gabon, le Sénégal, l’Île Maurice, le Cap-Vert, le Burkina-Faso, le Cameroun, le Brésil, la Macédoine ou le Monténégro.

• Nous avons soutenu la signature du Pacte européen sur l’immigration et l’asile signé par les 27 pays de l’Union européenne et qui reprend le concept d’immigration choisie défendu par la France (lutte contre l’immigration irrégulière, fin des régularisations massives en Europe, délivrance au plus tard au 1er janvier 2012 des visas biométriques, régime commun d’asile…).

Présidence française de l’Union européenne : le retour du politique

Crise russo-géorgienne, crise financière mondiale, Europe de la défense, politique de l’énergie, de la recherche et du développement durable, pacte européen de l’immigration, modernisation de la PAC, signature du Paquet énergie-climat… : jamais la France n’aura pesé à ce point en Europe, et jamais l’Europe n’aura autant affiché son unité et démontré son influence !

Europe, international, défense

Depuis le référendum de 2005, l’Union européenne connaissait une crise profonde. La France a repris l’initiative et la signature du Traité simplifié en décembre 2007 a constitué une étape décisive pour mettre en place une Europe plus efficace, plus démocratique, plus transparente.

Avec Nicolas Sarkozy, nous avons fait le choix d’une politique étrangère à la fois enracinée dans la famille occidentale (OTAN, maintien des troupes en Afghanistan) et exigeante avec les zones de conflits (intervention de la France pour sortir de la crise à Gaza, nouvelle politique en Afrique en matière d’aide au développement et de droits de l’Homme). La France pèse de tout son poids afin d’accompagner les mouvements vers la démocratie des pays du Maghreb et du Proche-Orient (soutien économique, politique et humanitaire constant).

Sans oublier, bien sûr, les efforts en matière de politique de défense avec la loi de programmation militaire 2009-2014, la réforme de la carte militaire, le vote pour le maintien des opérations extérieures et la poursuite de la revalorisation de la retraite du combattant.

Une réflexion sur “Immigration, intégration et Co-développement

  1. J’habite depuis peu à La Garenne Colombes et j’ai pu constater avec bonheur à la lecture de votre journal que vous étiez un défenseur convaincu de la lutte pour les économies d’énergie et la défense de l’environnement.
    J’ai emménagé dans un appartement après 35 années passées dans une maison et je supporte difficilement l’excès de chauffage : je vis tous radiateurs fermés et je suis obligée d’ouvrir les fenêtres pour être bien : à croire que les personnes qui occupent l’immeuble ne se rendent pas compte qu’en final c’est elles qui paient la facture et participent au gaspillage général des énergies. Malheureusement, je ne crois pas être un cas isolé, les batiments collectifs et autres collectivités et batiments publics sont souvent surchauffés.
    Ma question : n’y aurait-il pas une incitation à moins chauffer en posant des compteurs de calories sur les radiateurs, et en faisant une campagne contre le surchauffage qui n’est bon ni pour le porte monnaie ni pour la santé! Je pense que vivre dans une maison rend beaucoup plus responsable.
    Je vous remercie de m’avoir lue
    et je vous présente tous mes voeux pour 2013 pour vous et la réussite de ce que vous entreprenez et qui vous tient à coeur.
    Avec toute ma considération

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s