Droit de vote aux étrangers : un pur calcul électoral !

En voulant accorder le droit de vote aux étrangers, la Gauche est sur le point de fragiliser les fondements de notre République.

En France, la citoyenneté a toujours été indissociablement liée à la nationalité : pour voter il faut être Français.

Soyez-en certains : cette proposition est dangereuse dans un contexte où la montée des intégrismes est de plus en plus évidente.

Ne nous laissons pas endormir par l’argument selon lequel l’intégration serait facilitée par le droit de vote. C’est un argument qui est tout à fait fallacieux, car on ne devient Français que par un réel désir d’appartenance au pays qui se traduit par un processus de naturalisation.

Ce projet est insensé, dangereux et source de divisions à l’heure où la France a besoin de se rassembler autour de ce qui fonde la République, à savoir la laïcité. En effet, la Constitution de 1958 nous précise que la France « assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinctions d’origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances. » Si nous désirons que les différents cultes coexistent de façon pacifique, nul ne peut imposer ses convictions religieuses dans l’espace public, et le rôle de l’Etat est de garantir cette laïcité.

Soyons honnêtes : la Gauche veut accorder le droit de vote aux étrangers par pur calcul électoral car elle redoute de perdre les élections municipales de 2014. Elle veut donc faire passer à tout prix le droit de vote des étrangers dès 2013, en espérant que ce vote lui sera favorable et évitera une vague bleue dans nos villes.

Par conséquent, nous devons tout faire pour obliger le pouvoir socialiste à changer de cap. C’est pourquoi l’UMP a également lancé une pétition nationale contre le droit de vote des étrangers : plusieurs dizaines de milliers de Français l’ont déjà signée en cliquant sur ce lien http://www.u-m-p.org/agir/je-signe-la-petition/non-au-droit-de-vote-des-etrangers.

Je vous invite à vous joindre à ce mouvement, plus nous serons nombreux à signer et à dire notre opposition au droit de vote des étrangers, plus nous aurons de chances de faire fléchir et réfléchir François Hollande.