Commission Développement Durable du 14 novembre

Dans une note datant de septembre dernier, le Centre d’Analyse Stratégique préconisait d’étendre, dans la mesure du possible, les horaires de fonctionnement des réseaux de transport complémentaires à la route.

Le CAS soulignait que les infrastructures routières n’étaient pas accessibles en permanence, contrairement aux fluviales et ferroviaires.

Partant de ce constat, cet organisme en appelait à une meilleure planification des travaux afin de faciliter l’accessibilité du réseau ferré au trafic fret, sur des tranches horaires à la fois plus tardives et plus matinales.

D’autre part, le CAS préconisait le développement du fret à grande vitesse sur des axes stratégiques qui nécessiterait une coopération étroite entre le gestionnaire d’infrastructures ferroviaires, les opérateurs et les Pouvoirs publics. Cette coopération définirait de nouvelles organisations logistiques.

En matière fluviale, il recommandait l’ouverture du réseau toute la nuit en prévoyant notamment une autonomisation des écluses. Les infrastructures fluviales fonctionneraient ainsi 24 h/24.

Je souhaitais donc connaître le point de vue de nos différents intervenants sur l’optimisation journalier des réseaux de transports ferroviaires et fluviaux.

Lors d’une réunion de la Commission du Développement durable, le 14 novembre dernier, portant sur l’avenir du Fret, j’ai tenu à rappeler devant mes collègues la pertinence de cette proposition du CAS.